Accueil flèche Au coeur de l’innovation

La carte vocale bientôt sur le marché

GBH, entreprise Orléannaise lance sur les marchés la carte vocale, une carte délivrant un message audio à son destinataire.

 

Une carte de vœu où vous pouvez, très simplement, enregistrer un message vocal. Mise au point à Orléans, l’invention devrait être en vente dans les mois prochains.

 

La dimension ludique de cette innovation est indéniable. Une carte sur laquelle on peut enregistrer très facilement un message personnalisé, directement ou via un site Internet. Une idée simple qui ne peut que séduire le plus grand nombre.

 

Cette semaine, les responsables de la société orléanaise lancent officiellement le site Internet qui va permettre de réaliser l’enregistrement du message vocal.

 

À l’origine de cette invention, Hervé Anquier. L’homme de communication s’est ensuite associé avec Bernard Bigot, qui, parmi ses différentes casquettes, connaît bien les sites de production chinois. Troisième partenaire, Germaine Mondière, dirigeante d’IGM, société d’informatique implantée sur le Pôle 45.

 

La mise au point de cette innovation a bénéficié du soutien financier de bpifrance mais aussi d’un organisme bancaire. IGM a, par ailleurs, assuré le développement de la partie informatique tandis qu’ads-Com s’est occupé du site Internet. « La carte se décline en trois versions différentes avec un prix qui s’échelonne de 5,90 euros à 9,90 euros, en fonction du modèle retenu », détaille Bernard Bigot.

 

Une campagne test a été menée avec la mise en vente dans 25 magasins orléanais, à l’occasion de la fête des mères. « Les premiers résultats ont été concluants. »
Trouver
un premier partenaire

 

La prochaine étape des associés est de pouvoir faire référencer leur carte vocale auprès d’un premier partenaire d’envergure nationale, chocolatier, parfumeur… Des contacts sont actuellement en cours et devraient aboutir très prochainement.

 

Le potentiel économique est réel, tant cet objet, d’un prix abordable, est séduisant. « Un produit très bouche-à-oreille », reconnaît Germaine Mondière. Ludique et simple d’utilisation, il devrait rapidement trouver son public.

 

Dès le premier contrat signé avec un grand compte, la production pourra être lancée en Chine.